C’est le moment  de planter les fèves… on peut aussi le faire au printemps,mais là c’est bien, elles ont le temps de s’installer de sortir plus tôt au printemps…
Faut préparer le terrain… redessiner un peu les allées, pour savoir où on est…
Je cherche du son sur mon téléphone, toujours avec cette idée, de faire plus… Non seulement faire le jardin, mais aussi être un peu moins idiot quand j’aurais fini.
Comme d’hab je scrolle sur France culture.. et je tombe sur “Bourdieu de A à W” dans l’émission de Sylvain Bourmeaux “La suite dans les idées” J’ai là une dose de 44 mn .
Est-ce que ça va être nourrissant ? Parfois Sylvain est chiant, il fait des manières, et c’est l’ennui…

<iframe src="https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=c6cbd0e6-8e44-4383-93ef-8b5b379a2e10" width="481" frameborder="0" scrolling="no" height="137"></iframe>


Bon ça a l’air sympa, déjà quand ça cause de Bourdieu il y a des chances, et en plus la femme, Gisèle Sapiro, qui en parle, ne fait pas de manières, pas de frime.. simple, quoi…
Elle a codirigé un dictionnaire international et collectif autour du bonhomme.

En écoutant comment ce type était, fonctionnait, travaillait collectivement, écoutait les autres… je me demande où sont les héritiers..?
Et puis à un moment, un autre invité est interrogé, c’est un graphiste ….
D’entrée le gars a un ton qui dénote, une façon de parler et d’évoquer Bourdieu, trop sympa… (oui je sais, ça fait trop jeune, de dire ça comme ça, n’empêche…). Il dit à un moment que Bourdieu lui a conseillé de se nommer  “Graphiste social” en lui disant, “il y a bien des graphistes publicitaires, faut s’affirmer”

Il parle du boulot qu’il a fait sur le bouquin “La misère du monde”

Ce qu’il dit ,de sa façon de faire, mêler le graphisme au politique, me touche, je suis en train de bricoler un peut-être futur et modeste bouquin, et je prends la mesure de l’importance de la mise en page de l’habillage, surtout politiquement

Les fèves sont en place, 5 à 6 cm sous terre…Chacune est là seule dans son trou à 15cm l’une de l’autre, à 35cm du rang voisin, et en plus la nuit qui commence à tomber… Chacune doit se sentir seule, il y a encore quelques minutes elles étaient  toutes ensemble dans leur boite et maintenant c’est le froid , l’humidité, et des semaines pour percer la terre et accéder à la lumière.

Je range les outils je referme la boite de graines… il y aura demain d’autres planches à semer.

Une fois rentré, je vais sur le site de France-Culture pour voir qui était ce type qui parlait dont je n’avais pas encore capté le nom, il s’agît de Gérard Paris-Clavel. Je cherche, je trouve son site perso. Je suis sûr que ça ne vous dit rien et en même temps je suis sûr que vous avez vu des choses où il a mis sa patte! Ce qui n’est pas clair c’est de savoir si selon les cas c’est lui tout seul ou avec un collectif

Il y a là aussi une video sympa sur son site

Catégories : Chronique

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *